ASCENSION KILIMANDJARO
TOUS LES AVIS SUR CE VOYAGE
NOTE : étoileétoileétoileétoileétoile
Accueil Biographie Concerts CD Partitions Presse Clarinette Studio News Mp3 Commande Contact

ASCENSION KILIMANDJARO, VOIE MARANGU EN 5 JOURS - ASCENSION DU KILIMANDJARO VOIE MARANGU OU MACHAMÉ ? - ASCENSION KILIMANDJARO DIFFICULTÉ - ASCENSION KILIMANDJARO CLIMAT ET MEILLEURE SAISON - ASCENSION KILIMANDJARO PRIX & BUDGET - KILIMANDJARO DIFFICULTÉ DE L'ASCENSION - ASCENSION KILIMANDJARO SANS GUIDE - AVIS D'UN PRO - CONSEILS POUR L'ASCENSION DU KILIMANDJARO - KILIMANDJARO 2019 ACTUALITÉS - PRÉPARATION ASCENSION KILIMANDJARO - ASCENSION DU KILIMANDJARO TANZANIE - KILIMANDJARO CARTE - KILIMANDJARO SOMMET - KILIMANDJARO PHOTOS - HOTEL KILIMANJARO - KILIMANDJARO ÉQUIPEMENT - CARNET DE VOYAGE DU KILIMANDJARO - CONSEILS ASCENSION KILIMANDJARO - NOUVEAUTÉS 2019 - ANIMAUX DU KILIMANDJARO - LES NEIGES DU KILIMANDJARO - ASCENSION HIMALAYA - LA CLARINETTE INSTRUMENT DE MUSIQUE ! TOUTE LA MUSIQUE : INFORMATIONS DANS LES NEWS
 
PROMO IDÉE CADEAU : ALBUM CD, ALBUM MP3, PARTITIONS PIANO/CLARINETTE, DVD

ASCENSION DU KILIMANDJARO
ASCENSION AU KILIMANJARO VOIE MARANGU EN 5 JOURS


Kilimandjaro


PHOTO DU KILIMANDJARO

L'ascension du Kilimandjaro mène à ses neiges mythiques

Ascension Du Kilimandjaro Voies Marangu Et Machamé, Prix, Difficulté, Risques, Climat Et Meilleure Période. Fréquentation, Durée Du Trekking, Condition Physique, Préparation, Comment S'Entraîner. Faire Le Kilimandjaro Avec ou Sans Guide, Carnet De Route, Avis, Blog, Actualité et Conseils. L'Avis d'Un Pro de La Montagne, Actualité et Conseils Blog

ASCENSION DU KILIMANDJARO - SOMMAIRE

EXPOSÉ SUR UN VOLCAN : KILIMANDJARO OU KILIMANJARO, VOLCAN DE TANZANIE ET SOMMET DE L'AFRIQUE - LE KILIMANDJARO - LE KILIMANDJARO SOMMET DE LA TANZANIE - LES NEIGES DU KILIMANDJARO - DÉPART AU KILIMANDJARO - PRÉPARATION ASCENSION KILIMANDJARO - ASCENSION KILIMANDJARO VOIE MARANGU - CARNET DE VOYAGE POUR FAIRE L'ASCENSION DU KILIMANJARO - KILI AIRPORT - HOTEL KILIMANJARO - CARTE DU KILIMANDJARO - MARANGU GATE - MANDARA HUT - HOROMBO - CONSEILS POUR L'ASCENSION DU KILIMANDJARO - REFUGE DE KIBO - ÉQUIPEMENT POUR ASCENSION KILIMANDJARO - ASCENSION DU KILIMANDJARO - GILMAN'S POINT UHURU PEAK - KILIMANDJARO SOMMET : UHURU PEAK - LES NEIGES DU KILIMANDJARO - GLACIER DU KILIMANDJARO - RETOUR A KIBO - DEUX JOURS À MOSHI - ARUSHA - SAFARIS PHOTOS EN TANZANIE - ANIMAUX DU KILIMANDJARO - ASCENSION KILIMANDJARO DIFFICULTÉ - DIFFICULTÉ DE L'ASCENSION - ASCENSION KILIMANDJARO SANS GUIDE - AVIS D'UN PRO - KILIMANDJARO 2019 ACTUALITÉS - LE KILIMANDJARO, MONTAGNE SACRÉE - KILIMANDJARO ASCENSION 2019 - KILIMANDJARO INFORMATIONS RÉCENTES 2019

NEIGES DU KILIMANDJARO - SOMMAIRE

LES NEIGES DU KILIMANDJARO - LES NEIGES DU KILIMANDJARO HEMINGWAY - LES NEIGES DU KILMANDJARO RÉSUMÉ - LES NEIGES DU KILIMANJARO FILM - LES NEIGES DU KILIMANDJARO CHANSON - LES NEIGES DU KILIMANDJARO CHANSON DE PASCAL DANEL - LES NEIGES DU KILIMANDJARO FILM HENRY KING - LES NEIGES DU KILIMANDJARO FILM DE ROBERT GUÉDIGUIAN - LES NEIGES DU KILIMANDJARO ET RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE - THÉORIE DU RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE MENSONGE OU VERITE ? - L'APPEL MYTHIQUE DES NEIGES DU KILIMANDJARO - FRÉQUENTATION ET AFFLUENCE KILIMANDJARO - SAISON POUR PARTIR AU KILIMANDJARO

EXPOSÉ SUR UN VOLCAN LE KILIMANDJARO OU KILIMANJARO

L'ascension du Kilimandjaro nous invite à nous documenter sur : Qu'est-ce qu'un volcan ? Quel gigantesque feu à l'intérieur du globe terrestre a généré les volcans, et notamment à ce majestueux volcan "éteint", le Kilimandjaro qui culmne au sommet de l'Afrique à 5.892 m. ?

Un volcan est une montagne qui crache (ou a jadis catapulté) des matières en fusion, au cours de ce qu'on définit par le terme "d'éruptions volcaniques". On explique ces jaillissements par la rupture de l'écorce terrestre sous la pression du magma, comprimé sous la surface dans la "chambre magmatique", et qui laisse jaillir la lave brûlante, les cendres volcaniques et les gaz.

Le Kilimandjaro est un volcan éteint depuis bien longtemps, car aucune éruption n'est survenue depuis plus de 500 000 ans.

KILIMANDJARO VOLCAN DE TANZANIE ET SOMMET DE L'AFRIQUE

Le Kilimandjaro (les anglo-saxons écrivent Kilimanjaro), montagne mythique et remarquable pour ses neiges éternelles flamboyant sous les tropiques, est le sommet le plus élevé d'Afrique.

Situé au Nord de la Tanzanie, le Kilimandjaro surplombe le Kenya de toute sa majesté. Le Kilimandjaro ne fait pas partie d'une chaîne montagneuse : au contraire, il se dresse en solitaire, au milieu de la steppe africaine. Gigantesque volcan éteint, il comporte trois cimes : le Shira à l'ouest, le Mawenzi à l'est et le Mont Kibo, le plus haut, au centre. Le Kilimandjaro culmine à l'Uhuru pic à 5.895 mètres d'altitude.

L'ascension du Kilimanjaro nous montrera que le dôme du sommet de l'Afrique n'est pas seulement revêtu des neiges blanches et silencieuses de la nouvelle d'Hemingway, mais d'un authentique et étrange glacier.

En savoir plus sur le Kilimandjaro dans WIKIPEDIA

LES NEIGES DU KILIMANDJARO
(Ne manquez pas de lire cette autre page captivante)

Découvrez la page : LES NEIGES DU KILIMANDJARO


ASCENSION DU KILIMANDJARO

L'APPEL DES NEIGES MYTHIQUES DU KILIMANDJARO

Les neiges du Kilimandjaro portent toujours dans l'imaginaire collectif leur part de fascination et de rêve... Est-ce cela qui nous a décidé, mon amie et moi, de faire l'ascension du Kilimandjaro ? En tout état de cause, nous n'avons pas été déçus : Bien au contraire, le prodigieux et mystérieux glacier qui protège le sommet de ses neiges argentées, s'est révelé une surprise au delà de nos espérances.

VOYAGE ASCENSION DU KILIMANDJARO EN TANZANIE

La quête de la symbolique des neiges du Kilimandjaro, implique l'asension de la fabuleuse montagne.

L'ascension du Kilimandjaro peut se pratiquer à partir de la Tanzanie et à partir du Kenya. Mais comme le Kilimandjaro se trouve en Tanzanie, le plus simple est d'y accéder par la Tanzanie, ce qui nous a donné l'occasion de découvrir ce splendide pays et de passer deux jours à Moshi et Arusha.

Située à l'Est de l'Afrique en hémisphère Sud, sur les rives de l'océan Indien, la Tanzanie est délimitée au nord par le Kenya et l'Ouganda, ceinturée à l'ouest par le Rwanda, le Burundi et le Congo. Elle est bordée au sud-ouest par la Zambie et le Malawi, et circonscrite au sud par le Mozambique.

La Tanzanie, ne possède pas seulement le charme de ses paysages admirables : elle est aussi un des berceaux de l'humanité. Des sites historiques et culturels exceptionnels, comme KONDOA IRANGI, recèlent des peintures rupestres, véritables trésors qui datent de plus de 3.00O ans.

La Tanzanie comporte plusieurs volcans, dont un seul est encore en activité, le Ol Doinyo Lengaï. Celui-ci est relativement peu élevé, puisque son cratère atteint à peine les 2.890 m.
Le volcan Kilimanjaro s'est éteint depuis bien longtemps, certainement plusieurs millions d'années. Son prestige de "Toit de l'Afrique" participe à sa légende. Aussi l'ascension du Kilimanjaro draine-t-elle chaque année des milliers de randonneurs : accéder aux neiges du Kilimanjaro est considéré à juste titre comme le must des trekkings en Tanzanie. Le Parc National du Kilimandjaro, s'étend au nord de la Tanzanie, tout autour du prestigieux sommet entre Moshi et la frontière du Kenya.

TREKKINGS ET SAFARIS EN TANZANIE

Le gouvernement tanzanien a développé une importante activité touristique, basée principalement sur les safaris, safaris-photos, et trekkings. Les ascensions du Kilimanjaro, du Mawensi, ou même des itinéraires très simples, comme celui du mont Meru sont organisés par des agences spécialisées.

Ce n'est pas la première fois que Jean-Christian Michel se rend en Afrique. Il la connait bien, puisqu'il a donné ses concerts dans plus d'une dizaine de pays, et a même opéré en brousse en temps que médecin.

PRÉPARATIFS DE DÉPART POUR L'ASCENSION DU KILIMANDJARO EN TANZANIE

Mon amie et moi, avons décidé de faire l'ascension du Kilimandjaro et choisissons de partir en Tanzanie hors saison, pour éviter le flot de randonneurs. En août en effet, comme le climat est clément, le Kilimandjaro se voit infesté de hordes de touristes. Tenant compte évidemment du risque d'intempérie inhérent à la "saison des pluies". Comme d'habitude, nous irons sans faire appel à un tour operator, car la part d'aventure est toujours un "plus" dans n'importe quel voyage.

Nous nous contentons de réserver un hôtel tout près du parc du Kilimandjaro, "Kilimanjaro National Park", et engageons un guide à contre cœur, car sa présence nous est imposée par le gouvernement tanzanien. Quelques jours pour assurer ces contacts par e-mail, téléphone et Fax ; une matinée à Marseille, pour effectuer les indispensables vaccinations, fièvre jaune, hépatite etc., et il ne reste plus qu'à compiler chaussures et affaires de montagne pour tenter l'escapade.

ASCENSION KILIMANDJARO : VOIE MARANGU OU MACHAMÉ : CHOIX DE LA VOIE MARANGU

Kilimandjaro

Kilimandjaro - Au premier plan un seneçon géant

Les itinéraires les plus pratiquées pour faire le Kilimandjaro sont les voies Marangu et Machamé. Il y en a aussi d'autres comme la voie Mweka.

La voie Machamé est réputée un peu plus difficile que la voie Marangu, si fréquentée que que les montagnards l'appellent la "Voie coca-Cola".

J'ai choisi de prendre cette voie Marangu, parcours le plus pratiqué pour le Kilimandjaro. Pourquoi ?

Parce que l'arrivée par KILI-AIRPORT est l'approche la plus directe. Compte tenu de mon agenda de travail, je n'ai malheureusement que peu de temps.

Parce que la voie Machamé n'est pas spécialement plus difficile ni intéressante (c'est tout de même de la montagne à vaches), seulement un peu plus longue : l'ascension du Kilimandjaro n'est pas une "course de haute montagne" difficile, un parcours d'escalade et de couloirs de glace, mais une simple longue marche, une randonnée, un trekking sur un sentier même pas escarpé.

Enfin, détail important pour nous, la voie Marangu propose des huts convenables (nom donné à ces refuges rustiques, propres et peu coûteux. Cf. lodges au Népal). Personnellement, les multiples expéditions que j'ai pu faire en Himalaya m'ont appris que chaque fois que la chose était possible, un certain confort était préférable au "dormir sous la tente"...

Car notre désir de faire le Kilimandjaro, se résume tout simplement cette fois-ci à atteindre le haut lieu immortalisé par Hemingway, auréolé de son illustre nimbe de neige.

ASCENSION KILIMANDJARO PRÉPARATION - PRÉPARATION PHYSIQUE À L'ASCENSION DU KILIMANJARO

L'ascension du Kilimandjaro suppose en amont une bonne organisation générale du voyage et une sérieuse préparation physique.

- Préparer un voyage au Kilimandjaro, c'est d'abord lire quelques ouvrages sur la Tanzanie, sa géographie, son histoire, sa culture, son climat ; apprendre et potasser quels sont les problèmes de santé liés aux tropiques et à l'altitude.

C'est aussi réfléchir à la meilleure saison pour partir, à l'itinéraire le plus adapté. Il faut planifier le séjour, réserver places d'avion et hôtels, contacter les différentes agences pour obtenir le meilleur prix d'ascension, tout en essayant d'éviter de mauvaises surprises.

Inutile de cacher que l'ascension du Kilimandjaro nécessite une honnête préparation physique : car s'il est vrai que l'accès au sommet n'est pas difficile et ne présente aucune difficulté technique, on monte quand même à près de 6.000 mètres, et l'ascension présente bon gré, mal gré, un taux d'échec qui se situe entre 60% et 70%...

L'altitude et l'endurance mettent à rude épreuve ceux qui ne sont pas entrainés ! Aussi une préparation sportive élémentaire ou un sérieux recyclage physique s'avèrent nécessaire avant d'entreprendre le voyage : jogging, vélo, ski, escalade, snowboard, randonnées de plus en plus longues - si possible en altitude.

Pour notre part, déjà en bonne forme physique, nous avons choisi de profiter de la saison de ski à Vars dans les Hautes Alpes pour notre préparation à l'ascension du Kilimandjaro.

Enchaînement en raquettes de sommets culminant à près de 3 000 m. Ainsi finirons-nous par réaliser dans la même journée des dénivelées de plus de 2000 mètres : Vars les Claux - La Mayt - Pointe des Razis - Risoul - l'Homme de Pierre - Peyrefolles... Puis les Saluces et le Col sans Nom - le Pic de Chabrières. Enfin, retour à Vars en pleine nuit par le Col de Crévoux, en croisant sur notre chemin les phares de ratracks damant la neige luisante des pistes...

La préparation physique a été si efficace que quelques jours plus tard l'ascension du Kilimandjaro nous semblera presque... très facile.

KILIMANDJARO CLIMAT ET MEILLEURE SAISON - AFFLUENCE SELON LES SAISONS

Quelle est la saison idéale pour faire l'ascension du Kilimandjaro ?

Le climat du Kilimandjaro dépend de la saison. Les meilleurs conditions climatiques se situent de juillet à septembre (saison sèche plus froide), et entre décembre et février.

Mais il faut savoir que les mois d'été présentent l'inconvénient d'une affluence colossale, ce qui peut gâcher tout le plaisir.

Aussi, le premier printemps semble un risque acceptable pour entreprendre l'ascension du Kilimandjaro (relativement peu de monde), en croisant les doigts pour échapper aux averses assez fréquentes en cette saison.

La grande saison des pluies (début avril à début juin) et la petite saison des pluies (novembre et décembre) sont naturellement à éviter.

ASCENSION DU KILIMANDJARO : CARNET DE VOYAGE
Voici le carnet de route de ce court trekking d'ascension aux neiges du Kilimandjaro.

J’ai toujours consigné mes équipées dans un carnet de voyage, que ce soit pour mes tournées internationales, des séjours de farniente sur le sable, de simples randonnées, ou de grandes expéditions en Himalaya. Tenir un carnet de route c'est figer l'émotion ressentie au bruit du vent dans les feuilles, au clapotis des vagues sur le sable, c'est coaguler un instantané de vie lors de la découverte de nouveaux paysages ou d'une culture.

Un carnet de voyage, permet un jour de ramener à la surface des impressions oubliées, de revivre des difficultés ou enthousiasmes bien ciblés !
j'ai pensé naturellement que publier mon carnet de voyage pourrait aider d’autres personnes...

Mon "carnet de voyage" est un simple calepin, avec des observations ou réflexions, illustré de quelques souvenirs surranés comme un billet d'avion, une note de restaurant, une carte géographique et autres trucs sans grande valeur, mais tellement chargés de symboles…

VOYAGE POUR FAIRE L'ASCENSION DU KILIMANJARO

Notre périple à destination du Kilimandjaro commence par une banale nuit d'hôtel à Nice, d'où un Airbus nous transfère à Amsterdam. Génie des transports aériens qui nous obligent à remonter 1000 kms au Nord pour aller à 6000 kms vers le Sud ! Après quelques heures d'attente à lanterner dans les tax-free shops de l'aérogare, nous nous envolons enfin vers la Tanzanie. Comme chaque fois bien sûr, nous nous réjouissons de connaître un nouveau pays, une autre culture !

KILIMANJARO AIRPORT : KILI AIRPORT

Nous arrivons à KILI AIRPORT à 21 h. : Touristes et randonneurs abondent dans cette région recherchée d'Afrique. Le parc national du Kilimandjaro attire chaque année plus de 20 000 visiteurs. Aussi, cet aéroport spécial, KILIMANJARO INTERNATIONAL AIRPORT, a été aménagé par la ville d'Arusha, au portes-même des parcs du Kilimandjaro et du Serengeti.

La première impression est une délicieuse sensation de chaleur. Il fait chaud, mais c'est une température agréable, contrastant avec le froid d'Amsterdam et aussi la moiteur étouffante que j'ai connue à l'occasion de mes tournées de concerts en Afrique.

Sur ce haut plateau tanzanien, l'air est relativement doux, car nous sommes, en effet, à près de 2.000 métres d'altitude. Et puis, nous ressentons une merveilleuse douceur de vivre, un réel bien-être dans une nuit claire. L'Afrique !

HOTEL KILIMANJARO - CAPRICORN HÔTEL À MOSHI

Capricorn Hotel Kilimandjaro

Capricorn Hotel, Marangu Base

Des interminables palabres règlent les formalités de police, carnets sanitaires et douane. Un Range Rover réservé par l'hôtel nous drive en une heure et demi, à Marengu Base. En effet, nous avons réservé notre chambre, au Capricorn Hotel, à vingt Kms de Moshi, et au seuil-même du parc du Kilimandjaro.

L'hôtel, situé dans un luxuriant jardin exotique, est pittoresque, décoré avec un goût simple et sympa.

Après une nuit de guerre anti-moustiques, menée à coup de répulsifs et de claques plus ou moins réussies sur les attaquants, nous nous réveillons un tant soit peu fatigués.

Probablement sans doute, aussi à cause du voyage et du décalage horaire. Pour nous remonter, nous allons prendre un bon petit déjeuner à l'anglaise, coupé de délicieux fruits exotiques...

Mais nous sommes venus ici pour faire l'ascension du Kilimandjaro, pas spécialement pour lézarder !

Et c'est l'heure de démarrer : Notre guide, BRYSON, sapé comme un "Lord partant en expédition en Himalaya", vient d'arriver. Nous faisons rapidement connaissance. Il est sympa. Nous ne nous attardons pas et il va nous conduire à Marengu Gate, à l'orée du parc du Kilimanjaro.

CARTE DU KILIMANDJARO - CARTE VOIE D'ACCÈS MARANGU

La carte du Kilimandjaro (ci-dessous) qui convient le mieux au randonneur est celle qui indique précisément l'itinéraire qu'il va suivre. Nous reproduisons ici la portion de carte qui retrace la voie Marangu et nous a permis d'accéder au sommet du Kilimandjaro. Cette carte signale également la voie Mweka. Les majuscules rendent plus lisibles les indications.

Sur cette carte géographique, vous pouvez suivre les étapes de l'ascension par la voie Marangu :

Kilimandjaro carte

Carte du Kilimandjaro
Itinéraire d'accès au sommet par la voie Marangu

partant du Sud à Marangu gate, la voie remonte vers le Nord-Ouest par Mandara huts (2720 m.), Horombo huts (3780 m.), le refuge de Kibo (4703m.) Gilman's point (5685 m.) jusqu'au point culminant de l'Afrique, l'Uhuru Peak (58995 m). La dénivelée entre la porte de Marangu et le sommet du Kilimandjaro aligne quelques 4100 mètres.

Le plus dur de l'effort est à fournir entre Kibo et Gilman's point : il faut alors gravir 978 m. dans la nuit. Haute altitude et froid représentent les principales difficultés.

ASCENSION DU KILIMANDJARO PRIX & BUDGET - (KILIMANJARO PRICE)

Pour "faire le Kilimandjaro", nous avons pris un guide, contrairement à notre habitude. C'est qu'ici, le guide est OBLIGATOIRE ! Pas pour la difficulté du parcours, mais pour des raisons administratives ! (La voie d'accès au sommet du Kilimandjaro est un sentier escarpé et raide, mais bien balisé et sans aucune complication, qui ne nécessite pas spécialement la présence d'un accompagnateur).

Mais il faut savoir que tout est fait en Tanzanie pour soulager le portefeuille du candidat aux neiges éternelles : Guide, mais aussi cuisinier et porteurs sont "Obligatoires" pour avoir droit à tenter l'ascension du Kilimandjaro.

L'accès au parc national du Kilimanjaro (Kilimandjaro National Park) est bien entendu payant (700 euros), avec en sus un permis de trek, une taxe journalière de séjour, une taxe de camping, sans oublier, la taxe de secours... Bref le prix de l'ascension du Kilimanjaro finit par être relativement élevé, non pas à cause des frais de voyage, mais parce qu'il souffre d'un empilement des taxes et de frais imposés.

Shilingi tanzanien

Le président Julius K. NYERERE

Nota : Pour 2019, les pourboires, les droits d'entrée dans le Parc National du Kilimandjaro s'élèvent désormais à environ 850 €.

Ce budget d'ascension comprend la taxe d'entrée dans le parc, le salaire du guide, du cuisinier et des porteurs, la nourriture et matériel de cuisine etc. En basse saison, il est paraît-il assez facile de négocier le prix au mieux. Donc à vous de jouer et bonne chance !

En tout étét de cause, il n'y aurait pas lieu de s'en indigner : Le président NYERERE a voulu "faire de son mieux", selon sa propre expression, pour "donner du travail à tout le monde"... Mais sait-on toujours où va l'argent des taxes ?

BUDGET DE L'ASCENSION DU KILIMANDJARO

Dans le budget global d'ascension du Kilimandjaro, il faut naturellement ajouter aux dépenses liées à l'ascension, les frais d'hôtel, de restaurant et le prix du billet d'avion. Celui-ci peut varier de 750 € à 1300 € aller/retour selon la saison.

En résumé, le budget d'une ascension au Kilimandjaro oscillera donc entre 1900 et 2.500 € par personne selon la voie choisie, pourboires non inclus.

MARANGU GATE (1860 m.) PARC NATIONAL DU KILIMANDJARO - KILIMANJARO NATIONAL PARK TANZANIA

Marangu gate Kilimandjaro

Marangu Gate

L'entrée du Parc National du Kilimandjaro, ou Kilimanjaro National Park, ou encore "Marangu Gate", est assez fastueuse. Son imposante porte d'entrée en bois brut est déclinée dans le style d'architecture rustique des "huts", ces gîtes charmants où nous dormirons tout au long de notre ascension.

Nous apprécions le large jardin d'agrément, aménagé avec goût et élégance, qui s'étale devant nous, à 1970 mètres d'altitude.

Notre accompagnateur BRYSON semble connaître tout le monde. Aussi, les quelques formalités pour inscription sur le registre, taxes et permis de treck, sont expédiées avec brio, là, il est vraiment utile, et nous voici déjà en route pour la première étape, Mandara Hut.

Forêts du Kilimandjaro

Un chemin forestier ample, ombragé, plein de charme se déroule devant nous, montant en pente douce dans la végétation luxuriante de la brousse tropicale :

Dans les sous-bois colorés, le soleil filtre à tavers les eucalyptus, les ficus recouverts de lichens et de lianes. Des rais de lumière développent des clair-obscurs subtils entre feuillus et fougères arborescentes.

Quelques singes "bleus" sautent d'un arbre à l'autre.

Le sentier humide est parsemé d'une multitude "d'Impatiens kilimanjari", petites fleurs éparses, qui égrennent ici et là leurs notes de couleur bleue, jaune et vermillon.

Nous montons lentement, au pas du montagnard selon notre habitude, prévoyants, et ne sachant pas trop ce qui nous attend comme longueur de chemin.

Nous sommes très surpris d'atteindre Mandara Hut en deux heures à peine

MANDARA HUT (2.700m - samedi)

Mandara Hut, première étape, ce sont de jolis petits abris en bois au toit très incliné, prévus pour quatre personnes avec douche et toilettes. Il y a peu de randonneurs à cette époque et nous disposons d'une "hut" pour deux. Un vrai confort.

Mandara huts

Les "huts" de Mandara Hut

Un déjeuner plutôt frugal nous est servi en arrivant : une vague soupe allongée trois fois en eau où flottent épars quelques légumes. Pop-corn et biscuits secs. Le thé est remplacé par une sorte de mélange de lait en poudre et de café artificiel.

À quinze heures trente nous remettons le couvert, sans savoir pourquoi, sans vraiment beaucoup d'appétit, avec un goûter chocolat et pop corn.

N'ayant rien d'autre à faire, nous allons nous ballader à Maundi Crater, petite ascension touristique à une demi-heure à peine du camp.

Maundi Crater est un très ancien cratère, aujourd'hui totalement mangé par la végétation, à tel point qu'il semble complètement phagocyté par la verdure. La ballade nous offre un premier point de vue sur le mont Mawensi, dont nous distinguons mal les coulées de neige entre les rochers.

Au cours de cette promenade, Nous avons plaisir à faire plus ample connaissance avec BRYSON, notre bien sympathique "guide", qui nous initie tant bien que mal à la faune et à la flore locale.

En redescendant du petit volcan, nous apercevons encore quelques singes bleus et blancs à longue queue touffue, les "calabass monkeys", puis arrivons vers 17 h 30 juste pour dîner : le cook nous sert des arachides grillées et d'excellents spaghettis à la sauce africaine, cette fois-ci assaisonnés et relevés à point.

Les moustiques ont disparu avec l'altitude. Une nuit de bon sommeil, et nous voilà frais et dispos pour attaquer l'étape suivante vers Horombo Hut.

HOROMBO HUT (3.780 m. - dimanche)

Nous commençons à nous obliger à boire abondamment, dès le petit déjeuner, pour éviter que ne surviennent par la suite les ennuis dus à l'altitude. Car la baisse de pression atmosphérique et la diminution du taux d'oxygène ne vont pas tarder à se faire sentir, comme c'est le cas souvent à partir de 4.000 à 4.500 m. : seule petite astreinte (mais à ne pas négliger) pour l'ascension du Kilimandjaro.

Seneçon géant

Notre guide BRYSON devant
un seneçon géant du Kilimanjaro

Nous traversons quelques ruisseaux limpides, qui bruissent furtivement entre les rochers. Sur les bords, quelques lobélies érigent leurs longues hampes élancées. La marche continue, et voici que nous longeons un petit cratère, nous rappelant, si besoin était, l'ancien passé volcanique de cette superbe région de Tanzanie.

Soudain, un épais brouillard nous enveloppe : il bruine même un petit peu. Fort heureusement, ce n'est qu'un crachin et il ne pleut pas encore.

Car nous sommes en pleine "grande saison des pluies", et les averses sont à cette époque, le handicap classique pour l'ascension du Kilimanjaro.

En contre-partie, cette incertitude climatique nous prémunit contre le désagrément majeur d'une trop importante fréquentation... La crainte perpétuelle d'un grain sera donc notre seul petit souci durant le court périple.

Nous quittons la forêt tropicale pour rencontrer désormais une végétation de maquis et d'arbrisseaux. Nous admirons une flore clairsemée d'immortelles, d'helichrysum kilimanjari, minuscules fleurs d'un jaune intense, et de quelques autres plantes rares et étranges.

Voici d'ailleurs qu'apparaissent les premiers seneçons géants du Kilimandjaro. Ces étonnantes asteracées, vestiges antédiluviens aux contours tourmentés, ne poussent que dans cette unique région du globe : Passionnant sujet de réflexion sur l'évolution des espèces et l'extraordinaire diversité des formes vivantes de la nature...

Arrivée sans encombre à Horombo Hut, étape où nous retrouvons sans surprise, nos sympathiques "cabanes" de bois, bâties toujours dans le même style d'architecture rustique, simple, pratique et finalement assez chic. Nous sommes toujours seuls par hut, ce qui est sans prix, en pensant à l'été où la moindre place est occupée plutôt deux fois qu'une ! De toute évidence, le Kilimandjaro ne fait pas recette en ce moment. Tant mieux !

Le brouillard s'est encore densifié, c'est maintenant une véritable purée de pois, et il ne fait plus très chaud. La nuit, nos sacs de couchage himalayens, prévus pour des températures beaucoup plus rudes, nous assurent un réel confort.

Réveil à 7 heures, comme d'habitude. Ce matin, le vent s'est levé, dissipant les brumes de la veille : nous surplombons alors une somptueuse mer de nuages. Les rayons diffractés du matin avivent les contrastes, et les nébulosités diaphanes se parent d'étonnants jeux de lumière et d'ombres colorées. Le froid s'est accentué, glacial, et nous ajustons bien nos vêtements chauds.

Horombo

Mer de nuages le soir à Horombo

CONSEILS POUR L'ASCENSION DU KILIMANDJARO - BLOG

Aujourd'hui, c'est le jour où nous prenons notre dose préventive de Lariam, anti-paludéen de synthèse. La Flavoquine n'est plus efficace contre tous les types de Plasmodium Falciparum, parasites qui causent le paludisme chez l'être humain.

Puis, nous commençons à charger des provisions d'eau, car il n'y aura plus le moindre point de ravitaillement sur le reste du trajet : les porteurs seront obligés de redecendre chercher le précieux liquide à Horombo.

Car l'eau est d'une importance vitale en altitude ! Il est indispensable de boire ses 6 à 7 litres par jour, pour éviter le mal des montagnes. Cette quantité importante augmente la diurèse, préservant l'organisme d'œdèmes, et évite la prise systématique de diurétiques sulfamidés.

Nous désinfectons chaque fois systématiquement notre boisson avec un petit comprimé d'Hydroclonazone. Précaution essentielle en Afrique, au Népal, Inde et toute contrée exotique, où les sources risquent fort d'être souillées par des amibes ou autres germes dangereux.

Avec la discipline d'un bon rythme respiratoire durant la marche, ces quelques conseils médicaux basiques, maintes fois mis en pratique au cours de mes expéditions en Himalaya, m'ont permis d'éviter bien des déboires.

Il est par ailleurs vivement recommandé dans les jours de préparation précédant l'ascension, de bien "roder" ses chaussures et avec de grosses chaussettes !

BLOG CONSEILS PRATIQUES

* Pour plus de détails, voir

[ CONSEILS MÉDICAUX POUR EXPEDITIONS OU TREKKINGS ]

Jean-Christian MICHEL au pied du Kilimandjaro

DE HOROMBO HUT À KIBO

La route entre Horombo hut et Kibo est nickel, pas raide du tout. Nous commençons à bien voir ce fameux Kilimandjaro, qui se découpe sur un ciel d'un bleu intense.

À vrai dire, je suis un peu déçu. C'est une grande montagne majestueuse, très insolite sur ce haut plateau, ronde comme une gigantesque tortue, et coiffée de son petit chapeau blanc-grisâtre de neige.

Rien à voir avec les pics glacés et vertigineux de l'Himalaya. Et pour l'instant, le Kilimanjaro n'apparaît pas comme cette demeure des dieux, "haute et incroyablement blanche dans le soleil" ! Ce n'est qu'une grande montagne !

LE REFUGE DU KIBO AU PIED DU KILIMANDJARO (lundi)

La végétation s'est étiolée peu à peu. Un paysage désolé, à forte résonance métaphysique et parfaitement digne d'un parcours initiatique s'offre désormais à nous. Nous traversons un univers minéral et désertique, jalonné de grosses roches volcaniques brunâtres.

Nous avons volontairement ralenti notre pas, en avançant toujours bien régulièrement, car l'altitude commence à se faire sentir très légèrement sur le haut plateau. Même si nous ne sommes pas du tout essouflés, il est sage de rester toujours en deçà de ses moyens au dessus des 4.000 m.

Un panorama superbe s'ouvre désormais sur le Mont Mawenzi et le Kilimandjaro. L'itinéraire que nous allons emprunter demain, pour accéder au sommet, se discerne maintenant parfaitement sur le flanc pentu de la montagne, serpentant vers Gilman's point au col du Kilimandjaro, en lacets serrés autour de coulées d'éboulis.

Kibo

Refuge de Kibo dernière étape

Nous accédons vite sans problème au refuge de Kibo, niché à plus de 4700 m. - presque à l’altitude du Mont Blanc - après cinq petites heures de marche :

Cette fois, plus de hutte individuelle, mais un vaste refuge en pierre recouvert de tôle, style bas alpin, avec de grands dortoirs de douze lits. Plus d'eau ici !

Il n'y a en tout que six randonneurs : ce petit nombre est bien sûr, tout à fait exceptionnel dans ce type de trekking, et, comme nos n'avons pas eu de pluie, nous nous félicitons encore d'avoir choisi cette époque peu courue pour tenter l'ascension du Kilimanjaro !

Tout en dégustant quelques délicieuses cacahuètes grillées, je griffonne quelques pages dans mon carnet de voyage, histoire de tuer le temps.

J'aimerais maintenant dormir un peu, car le "grand" départ pour le sommet du Kilimandjaro est fixé à cette nuit à minuit. Nous allons nous allonger dans nos sacs de couchage, mais sans envie bien réelle de dormir.

Car le jour est encore haut, et il nous est difficile de fermer l'œil. Les 4 randonneurs arrivent les uns après les autres, plus ou moins crevés, certains d'entre eux présentent même les premiers symptômes du mal des montagnes.

C'est un tohu-bohu permanent dans ce refuge : d'aucuns sont malades et échangent des médicaments, d'autres essaient leurs combinaisons, déballent leurs casse-croûtes, et tous se démènent en entrées-sorties pipi... Car il faut bien évacuer les abondantes quantités d'eau ingurgitées !

Bref, puisqu'il faut renoncer à somnoler, je préfère me replonger quelques instants dans la lecture des "Neiges du Kilimanjaro" que j'ai emmené dans mon sac à tout hasard... Je retrouve avec émotion les dernières pages du livre, où la vision astrale du Kilimandjaro, ultime offrande d'amitié, apparaît comme le point d'orgue bouleversant d'une symphonie.

Car c'est demain enfin que je pourrai contempler de visu ces neiges mystérieuses de l'Afrique équatoriale, si bien chantées et divinisées par Hemingway, lorsque j'atteindrais le sommet du Kilimandjaro.

KILIMANDJARO ÉQUIPEMENT - CONSEILS - APPAREIL DE PHOTO

ÉQUIPEMENT TREKKING D'APPROCHE KILIMANDJARO JUSQU'À KIBO

Si un équipement classique de randonnée suffit pour accéder au refuge, (sac à dos léger, tee-shirts, polaires et vêtements chauds pour le soir, socquettes, baskets, cape de pluie, pantalon de jogging, gourde de 2 litres, casquette, sac de couchage, micro-pharmacie etc.), il n’en est pas de même pour l’ascension du Kilimandjaro proprement dite, à partir de Kibo :

ÉQUIPEMENT ASCENSION DU KILIMANJARO

Là, de bonnes chaussures de randonnée bien graissées (Méphisto, le top), des chaussettes épaisses (si possible anti-ampoules), un collant, un pantalon chaud, une doudoune, un sur-pantalon en duvet, une paire de gants de soie à enfiler sous les moufles ou gants de ski, un bonnet chaud, une lampe frontale et des lunettes de soleil sont indispensables pour la dernière étape.

Car la nuit de l'ascension il fait un froid glacial : La gourde sera en métal robuste, (Ne jamais oublier de boire plus qu'abondamment en altitude et là une bouteille en plastic exploserait) ; l'appareil de photo sera placé à même la poitrine pour ne pas geler ; dans la journée, les lunettes de glacier sont absolument obligatoires, vu l'altitude et la latitude.

ASCENSION DU KILIMANDJARO : MONTÉE AU KILIMANDJARO

À onze heures du soir, branle-bas de combat. Le cook nous apporte un breakfast plus que sommaire, et tout de suite après, nous nous équipons pour le départ, avec tout l'attirail de doudounes et surpantalons, moufles, bonnets : car la température extérieure est polaire, et nous savons que nous allons rencontrer un froid encore plus terrible au cours de l'ascension, très certainement en dessous de moins vingt degrés. Pas évident cette nuit, le réchauffement climatique !

Et encore attention à bien calfeutrer les appareils de photo !

A minuit, nous quittons le refuge, et attaquons la montée du Kilimandjaro. Nous atteignons la grotte "Hans MEYER Cave" (Hans MEYER est le photographe allemand qui, le premier, a fait l'ascension du Kilimandjaro), et grimpons volontairement très lentement à pas pesants.

La piste escarpée qui rejoint Gilman's point, se hisse en lacets serrés vers le col. Cette sente gravelleuse qui s'effrite sous chaque pas représente la partie la plus raide du parcours, sans poser, il est vrai, la moindre difficulté technique :

Ll'ascension finale du kilimanjaro est un trekking d'endurance moyenne sur mille mètres de dénivelée, mais culminant tout de même à presque six mille mètres d'altitude et dans un froid polaire.

Nous montons posément, respirant profondément et rythmant bien toujours notre souffle sur nos pas, selon une technique montagnarde éprouvée.

Il fait nuit noire, et nous repérons notre chemin à la frontale.

À mi-pente, BRYSON a soudain un sérieux ennui avec sa lampe électrique qui vient de flancher. Est-ce la contrariété qui le déstabilise ou bien le manque d'oxygène ?

Toujours est-il que l'infortuné guide se plaint de maux de tête, et vomit à deux reprises. Je lui donne à boire et il semble aller mieux.

J'espère que cela ne lui posera pas trop de problèmes pour aller jusqu'au sommet ! Je sors de mon sac une pile de secours, et la torche de notre accompagnateur remise en état, nous poursuivons l'ascension.

À l'approche du jour, la nuit devient un peu moins sombre... Le froid est toujours pénétrant...

GILMAN's POINT (mardi 6 h.)

Lever de soleil Kilimandjaro

Lever de soleil sur mer de nuage
à Gilman's point

Vers six heures, nous atteignons Gilman's point, sans avoir vraiment pris conscience que nous en avons fini avec le plus gros de l'effort. Nous sommes accueillis à la brèche par une aurore resplendissante dont l'or éclabousse déjà l'obscurité du ciel.

L'astre flamboyant, qui vient à peine d'émerger à l'orient, embrase peu à peu l'horizon de lueurs pourpres et mordorées.

Les rayons resplendissants, teintent de couleurs chaudes et irisées les vagues nébuleuses qui se développent à perte de vue à nos pieds. Nous sommes fascinés par cette mer de nuages incendiée, et envahis au plus profond de l'être par des vibrations grandioses, des sensations inconnues.

Un lever du soleil est toujours un spectacle magique, avec de puissantes résonances émotionnelles. Mais cette aurore féerique, s'étendant sur les ciels immenses de l'Afrique, éveille en nous un enchantement surnaturel.

DERNIERS PAS VERS LE SOMMET DU KILIMANDJARO

Désormais, l'eau a gelé dans les gourdes et il devient impossible de boire ! Après quelques minutes de halte au col, nous reprenons route vers l'Uhuru Peak, sommet du Kilimandjaro.

À mesure que l'aube dissipe doucement l'obscurité nocturne, voici qu'apparaissent à notre regard les premières neiges, dures, mates et gelées.

Nous suivons une piste étroite tantôt rocheuse, tantôt marquée d'empreintes de pas verglacées dans d'humbles reliquats de névés, ces neiges qui se figent pour ne pas mourir. Le parcours est assez long, mais extrêmement aisé, avec très peu de dénivellée. Le tracé surplombe des pentes neigeuses sales et abruptes, baignées de la lumière du jour naissant, qui plongent vers un fond de cratère encore sombre.

L'aube finit de s'éclaircir, et un décor fantastique s'allume graduellement, clarifiant du même coup notre chemin intérieur de connaissance et de réflexion : cette expérience inspirée a densifié notre énergie, et, exaltant les richesses de l'âme, nous aide à ressentir mieux ce que nous sommes vraiment.

Tout autour de nous, le paysage commence enfin à évoquer la haute montagne.

KILIMANDJARO SOMMET - AU SOMMET DU KILIMANDJARO : L'UHURU PEAK (mardi 8 h.)

Uhuru peak - sommet du Kilimandjaro

Jean-Christian MICHEL / sommet du Kilimandjaro

Nous arrivons enfin au sommet du Kilimandjaro : c'est l'Uhuru Peak, où un panneau de bois nous confirme l'altitude de 5.895 m. et nous félicite même de "l'exploit". Il manque à peine 105 mètres pour faire les 6.000 !

Le bon TYSON a récupéré, Ouf ! Sans le dire j'étais quand même un peu inquiet, car un OAP était toujours possible. Tout le monde s'embrasse, heureux d'avoir réussi.

L'épreuve, une fois surmontée, permet de mieux intégrer l'ascèse physique et spirituelle de l'ascension. Je suis bouleversé par la magnificence du panorama. Mais un sentiment plus profond, plus mystique m'envahit et me renvoie encore à la réflexion philosophique.

En ce lieu interdit à la civilisation, mes pensées s'envolent loin des petites tracasseries de la vie quotidienne. Comme chaque fois où je suis parvenu à un sommet, mon esprit veut s'emparer de l'immensité de l'Espace, de l'Infini du Temps, de la diversité des respirations rythmiques de l'Univers.

Je reçois une Musique sublime qui vibre aux confins de l'Ailleurs... Nous accédons à la majesté sacrée du Kilimandjaro.

LES NEIGES DU KILIMANDJARO : GLACIER DU KILIMANDJARO

Glacier du Kilimandjaro

Les neiges du Kilimandjaro :
en réalité, féerique glacier

Un spectacle sublime se développe à perte de vue :

À droite le cratère enneigé du volcan... Derrière nous le chemin sinueux dominant des abîmes magnifiques encore imbibés de brumes.

Mais l'éblouissante surprise de l'ascension c'est bien la découverte des neiges du Kilimandjaro, de ce glacier au sommet ! Car ce ne sont pas des neiges, mais un extraordinaire glacier.

Une prodigieuse muraille de cristal blanc bleuté, se déploie au dessous de nous, encore frippée dans la pâle lumière du matin. Sa magnificence transcende totalement l'idée que chacun peut se faire de la pureté virginale des neiges du Kilimanjaro.

On a du mal à imaginer pareil joyau... Je suis complètement bluffé, transporté. La glace, en se sublimant sous l'effet de l'intense rayonnement solaire de la journée, a sculpté avec la complicité du vent, de fines arêtes prismatiques et des aiguilles translucides acérées, d'une incroyable beauté.

C'est vrai, j'ai eu l'occasion de contempler de somptueux glaciers, ces implacables et gigantesques fleuves de glace dans les Alpes et en Himalaya ! Mais ici, je reste interdit devant l'allure de ces neiges argentées mythiques, que le temps a compacté et stylisé en féeriques et inattendues grandes orgues de glace.

Nos aimerions nous attarder... Il faut maintenant songer à redescendre. Car ce soir nous devons rejoindre Horombo Hut, bien en dessous du refuge de Kibo !

DESCENTE DU KILIMANJARO ET RETOUR À KIBO PUIS HOROMBO HUT

En quelques heures, nous sommes passés d'un froid polaire, à une chaleur intense. Le soleil d'Afrique, qui s'est maintenant levé haut dans le ciel, nous deshydrate et nous calcine.

Nous regagnons rapidement sans encombre Gilman's point, en faisant toutefois nécessairement attention à ne pas glisser dans les déclivités gelées.

Puis à partir du col, nous choisissons de dévaler directement dans les éboulis, et c'est une degringolade très rapide qui nous fait abandonner ainsi, en talonnant, cinq cents mètres d'altitude en un rien de temps. Nous nous retrouvons avant 10 heures du matin à Kibo Hut.

Je suis déshydraté, car les gourdes ont gelé et les bouteilles d'eau ont explosé. Quelques personnes sont là, au refuge, qui nous félicitent et nous offrent une bière bien fraîche. Je bois d'une traite pour étancher ma soif avec un plaisir plus qu'évident, remercie vivement ces gens pour la gentillesse de leur accueil.

Puis je me rends au dortoir pour changer mes gros vêtements d'altitude beaucoup trop chauds désormais, contre une tenue plus adaptée. Enfiler des baskets, remettre un peu d'ordre dans mes affaires est un plaisir : Mon sac est trempé et encore plein de glace, à cause de cette bouteille en plastic qui a éclaté pendant la montée.

Le ciel se couvre brusquement, le froid réapparaît d'un coup, et je propose à notre guide TYSON de descendre rapidement à Horombo. Nous mettons à peine deux petites heures, ce qui est très court d'après lui.

Arrivés à Horombo huts, nous allons prendre un thé, qui se réduit cette fois-ci à un simple comprimé d'Efferalgan dissout dans une sorte d'infusion tiède et sucrée.

La fatigue se fait sentir, et il faut accepter de l'idée de décompresser : la journée aura été dure, nous avons marché une douzaine d'heures depuis... hier minuit, et presque vingt depuis deux jours. Je tombe de sommeil maintenant, je vais aller dormir !

FIN DU TREKKING AU KILIMANDARO : RETOUR À MARANGU GATE (mercredi)

Après une bonne nuit réparatrice, un porteur me réveille, en m'apportant une cuvette d'eau tiède pour me raser. Je saisis l'occasion pour un nettoyage un peu plus complet.

Petit déjeuner, descente très simple et brève à Mandara Hut, ou nous absorbons un pique-nique des plus rudimentaires : parfois, nous nous demandons à quoi sert le cuisinier, car cette fois-ci, c'est un repas composé d'un œuf dur, de vagues conserves et de fruits. Eh bien il porte les œufs durs, les conserves et les fruits !

Nous ne restons pas longtemps à Mandara Hut, puis nous regagnons Marangu gate, d'un pas rapide, salués au passage par deux ou trois singes bleus qui s'ébrouent dans le feuillage. Le court trajet dans ces sous-bois magifiques se passe dans la bonne humeur du sommet réussi. Nous apercevons à peine d'un œil les ficus tendus de lichens et de lianes, les fougères arborescentes.

Voilà ! Le retour à Marangu Gate, cette luxueuse entrée du parc du Kilimandjaro, met le point d'orgue à notre ascension. La marche d'approche a été courte, la montée au sommet n'a posé aucun problème, et quant à la descente, à vrai dire, une seule journée aurait suffi.

Après les palabres usuelles pour le "pourboire obligatoire" du "guide" (nous le donnons bien volontiers !), les traditionnels "diplômes" d'accès aux neiges du Kilimandjaro nous sont remis...

Au faîte du vieux et majestueux volcan, nous avons célébré l'éclatante blancheur des "neiges du Kilimandjaro"... avec une bien plus insolite surprise : la splendeur de l'incomparable glacier.

Mais la montagne sacrée nous a offert aussi la vision d'une perspective terrible, dont il faut savoir, qu'elle ne sera plus là dans les vingt à cinquante ans à venir.

DEUX JOURS À MOSHI (mercredi-jeudi)

Un 4 x 4 nous attend devant Marangu Gate pour nous rapatrier au Capricorn Hôtel. Nous retrouvons avec plaisir ses jardins agencés avec soin et planté d'essences rares.

Après avoir bu un délicieux cocktail de jus de melon et de mangue sur la terrasse garnie de quelques touristes riches et vieux, nous montons dans notre chambre prendre une douche bienfaisante et réellement nécessaire.

Il fait toujours beau, avec un temps tiède et agréable. Car, miracle, la pluie tant redoutée n'est pas encore tombée ! Nous nous décidons à aller faire un petit tour dans le centre-ville de Moshi, où il n'y a d'ailleurs pas grand chose à voir, ni bibelot-souvenir à vendre.

Un folklore bien authentique cependant cette fois-ci se limite à quelques petits marchands de cacahuètes ou de café, un rémouleur moyen-âgeux comme il n'en existe plus aujourd'hui, et des étals de quincaillerie agricole... Tout cela, éparpillé et il faut bien dire sans immense intérêt.

Le soir, nous dînons merveilleusement bien. C'est un repas exotique avec byriani, royal fish, et délicieuse salade de fruits tropicaux. Le farniente a du bon, après ces quelques jours de randonnée au Kilimandjaro ! Puis, nous allons essayer de dormir, toujours en guerre ouverte avec les moustiques de Tanzanie.

Après avoir rangé nos sacs et pris un attrayant petit déjeuner tropical, nous sommes prêts à lever le camp. La Rover nous emmène à la gare routière de Moshi, où nous prenons péniblement place dans un autocar préhistorique archi-bondé, pour rejoindre Arusha, mêlés aux gens du pays : nous payons trois places pour pouvoir nous caser avec nos deux "énormes" bagages, encastrés entre les autochtones.

Nous traversons alors des paysages verdoyants de bananeraies, de caféiers et de champs de maïs. La campagne de Tanzanie n'est pas misérable, loin de là, elle est belle et attrayante. Pas de bidonvilles, des chaumières en maçonnerie. Les femmes travaillent dans les champs, les hommes se rassemblent sous un arbre autour de motos.

Une heure plus tard, nous voici arrivés dans la ville d'Arusha. Une foule d'indigènes racoleurs se précipite pour nous proposer qui, l'un, un taxi, l'autre un safari photos, l'autre n'importe quoi....

PHOTOS & DIAPOS DU KILIMANDJARO INTROUVABLES À ARUSHA !

Nous dégottons un ravissant petit hôtel, dans un joli jardin des quartiers résidentiels de la ville. Arusha est la capitale de la région d'Arusha, en Tanzanie. L'eau et l'électricité marchent épisodiquement, c'est un peu difficile lorsqu'on est couvert de savon sous la douche... Mais notre sympathique hôtesse nous explique que c'est partout pareil à Arusha et que ça arrive plusieurs fois par jour !

Le soir nous dînons dans un ambiance qui rappellerait l'époque "coloniale". Des grillades au barbecue et un cadre charmant nous rendent le séjour décidément très sympathique.

Outpost hotel

The Outpost Hotel charmant endroit à Arusha

Nous allons traîner un peu en ville, mais nous n'y trouvons toujours rien de bien excitant, si ce n'est un petit "bistrot" français qui nous propose de délectables jus de fruits, préparés avec originalité.

Difficile en effet de trouver quelque chose à Arusha : même pas de cartes postales du Kilimandjaro, et encore moins de diapos ou photos du volcan ! Nous sommes encore au moyen-âge et la vraie richesse de la Tanzanie est la virginité sauvage de ses magnifiques paysages.

C'est probablement pourquoi les chauffeurs de taxis tanzaniens se sont rués sur nous pour nous vendre leur ressource N° 1 : le safari photo !

SAFARIS PHOTOS EN TANZANIE - ANIMAUX DU KILIMANDJARO

Les agences proposant trekkings, ascension du Kilimandjaro, et battues diverses foisonnent à chaque coin de rue. En ville, de jeunes tanzaniens nous harponnent sans arrêt pour nous proposer un peu tout et n'importe quoi : de petits objets, tam-tams, verroterie, poteries et bien sûr des safaris-animaux au parc du Serengeti.

Car les savanes d'Afrique de l'Est autour du Kilimandjaro regorgent de réserves d'animaux sauvages : Gazelles, lions, éléphants, girafes, léopards et autre faune touristique font le bonheur des candidats aux safaris photos... et des indigènes qui insistent pour les vendre.

À vrai dire, nous ne sommes pas des fanatiques de pièges à touristes. Mais nous pouvons comprendre tous ces pauvres gosses ! Comme nous sommes hors saison, la période est peu propice au négoce. Cette pénurie de clients leur insuffle une redoutable agressivité commerciale pour essayer de soutirer quelque denier !

Dédaignant les statues "d'ébène", les pierres "précieuses" et autres bimbeloteries touristiques fabriquées en usine, nous faisons l'acquisition de quelques batiks originaux. Par chance, nous trouvons même une jolie statuette érotique artisanale en pierre à savon.

Ngiresi

Case à Ngiresi aux environs d'Arusha

Voila deux jours que nous sommes à Arusha. Soudain, une brutale et terrible averse s'abat sur nous. C'est la première fois que l'eau tombe en grande quantité depuis notre arrivée en Tanzanie, et nous nous réjouissons d'avoir échappé à ce genre de déluge lors de l'ascension du Kilimandjaro.

La pluie est tiède. L'orage détrempe le sol en quelques minutes. Mais, comme toute ondée tropicale, sa violence ne dure heureusement pas très longtemps.

Nous profitons de notre court séjour dans la ville, pour aller visiter Ngiresi, village massaï typique, planté au sein de bananeraies, sur les pentes du Mont Meru, dans une jolie perspective de montagne.

Le chauffeur de taxi qui nous y emmène ne connaît pas l'endroit et découvre le lieu en même temps que nous.

Il parle français, est ravi parce que maintenant il pourra proposer la ballade à d'autres personnes. La route est défoncée, et notre pauvre conducteur a bien du mal à parvenir au hameau. Mais l'endroit est vraiment typique, le site est magnifique et le déplacement en vaut la peine. Les gens sont assez sauvages et nous lancent des invectives hostiles.

Le temps a passé, la Tanzanie nous a livré quelques uns de ses secrets... Et c'est le moment du retour en France. A peine avons nous quitté Kili Airport, que les "imprévus-de-ces pays" ne tardent pas à arriver : pour je ne sais quelle raison, nous sommes détournés vers le sud par Dar es Salaam. Nous y perdons l'après-midi. Je ne sais par quel mystère un repas nous est finalement servi, et par miracle nous décollons enfin à minuit.

Nous nous en faisons une raison, ce n'est pas grave... Car ces malencontreux épisodes de changement d'horaire ou de cap, sont monnaie courante dans preque toutes les contrées en voie de développement : il m'est ainsi arrivé de rester bloqué 24 heures en Inde ou au Népal...

Rentrée au bercail enfin, via Amsterdam et Nice. Ravis du voyage, aussi enchantés d'avoir effleuré les neiges du Kilimandjaro que les fans de Claude François d'avoir touché leur idole.

LE KILIMANDJARO MONTAGNE SACRÉE

Glacier du Kilimandjaro

Détail du glacier du Kilimandjaro

Kilimandjaro montagne sacrée

Kilimanjaro, montagne sacrée

PHOTOS DU KILIMANDJARO

Car la sérénité des neiges du Kilimandjaro a doucement infiltré notre cœur. Le vieux et imposant volcan appartient aux montagnes mythiques de la terre, et, comme les hauts lieux de la planète, le Kilimandjaro, est un endroit sacré qui impose un respect absolu, un espace magique où souffle l'esprit. Le dôme ne s'appelle-t-il pas dans le pays massaï, "Masai Ngaje Ngai", demeure des dieux ?

Il faut savoir aussi que l'ascension du Kilimandjaro ne relève pas du seul modeste exploit physique : l'itinéraire mythique vers ses neiges secrètes participe aussi d'une meilleure compréhension du sens de la vie. Fenêtre ouverte sur nous-mêmes, il nous offre la chance d'intégrer au monde profane sa dimension spirituelle.

ASCENSION KILIMANDJARO DIFFICULTÉ

Quelque 30.000 personnes tentent toujours l'ascension du Kilimandjaro chaque année, avec un taux de réussite ne dépassant pas 55%. Seule une moitié d'entr'elles atteindra donc le sommet.

Quelques unes même ne survivront pas à l'effort. Deux œdèmes pulmonaires sont recensés chaque semaine, les décès ne sont pas exeptionnels : deux ans avant Christophe Lehujeur en 2014, un Français avait trouvé la mort lors de l’ascension. Plus récemment pilote de rallye sud-africain n'a pas survécu à l'ascension. Donc pas d'ascension du Kilimandjaro sans connaissance de la montagne et sans préparation !

Quelle est alors la difficulté réelle de l'ascension du Kilimandjaro ?

ASCENSION KILIMANDJARO DIFFICULTÉ : AVIS D'UN PRO *

Sur le plan technique, l'ascension du peak Uhuru est simple et sans difficulté : un chemin raide et sinueux mène au sommet, il n'y a ni escalade, ni le moindre passage périlleux. L'altitude et le froid sont probablement les seuls réels problèmes pour ceux qui ont un tant soit peu d'endurance.

Le simple spectacle du glacier justifie l'ascension facile du sommet. En effet, il n'est pas nécessaire d'être pro ou alpiniste chevronné pour envisager ce trekking : avec un peu de volonté, un bon entraînement et un minimum de connaissance de la montagne, le Kilimandjaro est sans doute accessible à chacun dès l'âge de dix ans... Récemment, un petit groupe de handicapés est même allé jusqu'au bout de son rêve, en réussissant l'ascension de la cime.

Mais il ne faut pas perdre de vue que la haute montagne demeure une aventure toujours dangereuse et nécessite une indispensable formation avec des notions sérieuses de médecine d'altitude !

Si le mal des montagne frappe (essoufflement, tachycardie, céphalées, insomnies, nausées, hallucinations, avec comme signe d'alerte le gonflement puis l'œdème des extrémités, il convient de redescendre immédiatement. L'œdème aigu du poumon, puis l'œdème cérébral beaucoup plus graves, sont les étapes suivantes. Alors prudence pour les néophytes !

* Jean-Christian Michel a réalisé plusieurs expéditions en Himalaya et dans le monde, dont la Première du Tawesche avec Yannick Seigneur en 1974.

ASCENSION DU KILIMANDJARO SANS GUIDE : FAIRE LE KILIMANDJARO SANS GUIDE EN TROIS JOURS ?

Peut-on faire l'ascension du kilimandjaro sans guide ? La réponse est malheureusement non, sauf à enfreindre la loi tanzanienne qui rend guide et cuisinier obligatoires. Bien entendu le guide est complètement superflu, car il est tout à fait possible techniquement d'atteindre le sommet sans guide. Guide et cuisinier sont d'ailleurs inutiles l'un que l'autre : le kilimandjaro n'est qu'une randonnée en haute altitude.

Mais la loi tanzanienne rend obligatoire la présence de ces deux sympathiques accompagnateurs ! Un à deux porteurs est au contraire un confort vivement recommandé !

Quelles que soient les raisons les plus louables invoquées, on ne peut qu'être navré de la mainmise progressive des pouvoirs politiques, administratifs et financiers sur un quelconque patrimoine commun de l'humanité, la terre, l'eau, la montagne, bientôt l'air ? La nature n'appartiendrait-elle plus à tout le monde ? Sera-t-elle aussi devenue bientôt une marchandise ?

Par ailleurs, je me prends à penser qu'un montagnard quelque peu endurci doit pouvoir faire l'ascension du Kilimandjaro, en trois jours aller et retour, à partir de Marangu Gate. Je crois d'ailleurs que certains ont fait cette ascension en moins de temps que cela.

* Cependant si vous êtes novice en haute montagne, ne vous attachez pas à ces observations destinées à des pros ou des alpinistes chevronnés, et prenez alors toutes les précautions ! En aucun cas ne sous-estimez les risques liés à l'altitude, qui sont bien réels.

KILIMANDJARO ASCENSION 2019 : INFORMATIONS RÉCENTES ET ACTUALITÉS

Nous nous sommes enquis dans de bonnes agences d'Arusha d'informations récentes sur les prix 2019 pour l'ascension du Kilimandjaro :

Pour 2019, les droits d'entrée dans le Parc National du Kilimandjaro + les pourboires, s'élèvent désormais à environ 850 €.

Dans le budget d'ascension du Kilimandjaro, il faut naturellement ajouter les frais d'hôtel, restaurant, transports éventuels et le prix du billet d'avion. Celui-ci peut varier de 750 € à 1300 € aller/retour selon la saison.

Le budget oscillera donc entre 1900 et 2.500 € par personne selon la voie choisie, pourboires non inclus. (Ce forfait comprend la taxe d'entrée dans le parc, le salaire du guide, du cuisinier et des porteurs, la nourriture et matériel de cuisine etc.) En basse saison, il est assez facile de négocier le prix au mieux. Donc à vous de jouer et bonne chance !

TOUT SAVOIR AUSSI SUR : LES NEIGES DU KILIMANDJARO
La nouvelle d'Hemingway, le fim, les Chansons etc
.


neiges du Kilimandjaro

Les neiges du Kilimandjaro avec :

Photos des Neiges & du glacier du Kilimandjaro - "Les Neiges du Kilimandjaro", la nouvelle d'Hemingway - Photo d'Hemingway - Les Neiges du Kilimandjaro cinéma (synopsis 2 films) - Photo de l'affiche du film - "Les Neiges du Kilimandjaro" chansons & disques - Photo du disque de Pascal Danel "Les Neiges du Kilimandjaro" - Les Neiges du Kilimandjaro & le réchauffement climatique - Photo du Kilimandjaro prise par la NASA - L'appel mythique des Neiges du Kilimandjaro - Photo du sommet mythique du Kilimandjaro - Trekking au Kilimandjaro - Photo de trekking au Kilimandjaro - Fréquentation et affluence au Kilimandjaro - Meilleure saison pour aller faire l'ascension du Kilimandjaro


LES NEIGES DU KILIMANDJARO PHOTOS

Découvrez des photos inédites des "Neiges du Kilimandjaro", prises par Jean-Christian MICHEL lors de son ascension du Kilimandjaro.

Photos des neiges et glaciers du Kilimandjaro : [ PHOTOS DES NEIGES DU KILIMANDJARO ]

LES NEIGES DU KILIMANDJARO D'ERNEST HEMINGWAY - RÉSUMÉ

L'évocation du Kilimandjaro par Ernest HEMINGWAY dans sa nouvelle "Les Neiges du Kilimandjaro", a largement contribué à conférer à la "montagne de lumière" une aura planétaire.

LES NEIGES DU KILIMANDJARO, THÈME PORTEUR, ONT INSPIRÉ FILMS ET CHANSONS

De nombreux auteurs, cinéastes, chanteurs se sont emparés du thème porteur des neiges du Kilimandjaro. Il est clair que ces neiges tropicales font rêver !

KILIMANDJARO FILM - KILIMANJARO MOVIE

Le roman d'HEMINGWAY a inspiré plusieurs cinéastes qui on produit des films titrés "Les Neiges du Kilimandjaro" :

Voir le détail dans la page : [ LES NEIGES DU KILIMANDJARO FILM ]

KILIMANDJARO CHANSON - KILIMANJARO LYRICS

Notons aussi que le roman d'HEMINGWAY et le film "Les Neiges du kilimandjaro" ont inspiré de nombreux chanteurs :

Voir le détail dans la page : [ CHANSON LES NEIGES DU KILIMANDJARO ]

KILIMANDJARO ET RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

Il n'est pas impossible que les légendaires neiges du Kilimandjaro viennent à disparaître un jour... Encore un argument largement exploité par la meute des "réchauffistes". Pourtant...

Lire la suite dans la page : [ LES NEIGES DU KILIMANDJARO ET RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE ]

EN MARGE DE LA FONTE DES NEIGES DU KILIMANDJARO, L'ESCROQUERIE DE LA "RELIGION" ÉCOLOGIQUE

En Imarge de la fonte des neiges du Kilimandjaro et des désordres climatiques, la "religion du rechauffement climatique" s'inscrt dans la logique de la pensée unique. L'écologie politique serait-elle une invention des impôts ? Un article décapant ! ...

Lire la suite dans la page : [ LA RELIGION DU RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE ]

L'APPEL MYTHIQUE DU KILIMANDJARO

Le mythe des neiges du Kilimandjaro pousse inlassablement les amateurs de voyages et de découvertes à tenter l'ascension du Kilimandjaro... 

Lire la suite dans la page :

[ LE MYTHE DES NEIGES DU KILIMANDJARO ]

FRÉQUENTATION ET AFFLUENCE AU KILIMANDJARO - KILIMANDJARO CLIMAT ET MEILLEURE SAISON

La fréquentation du "Kilimanjaro National Park" et des itinéraires d'ascension du Kilimandjaro (voies Marangu, Machame, Mweka...) est considérable, particulièrement en été, avec une affluence de plusieurs dizaines de milliers de personnes... Quel est le climat au Kilimandjaro, et quelle est la meilleure saison pour tenter et réussir l'ascension ?...

Lire la suite :

[ FREQUENTATION & AFFUENCE AU KILIMANDJARO - KILIMANDJARO CLIMAT, SAISON ]

LIRE AUSSI EN RÉCITS MONTAGNE : EXPÉDITION EN HIMALAYA

NOUVELLES VIDÉOS DE JEAN-CHRISTIAN MICHEL

Music video clip Jean-Christian Michel

 
BACH JAZZ JEAN-CHRISTIAN MICHEL
 
 
 
 
JEAN-CHRISTIAN MICHEL EN CONCERT :JAZZ & MUSIQUE SACRÉE
 
JEAN-CHRISTIAN MICHEL GRANDS SPECTACLES SON & LUMIÈRE
JEAN-CHRISTIAN MICHEL PLAYS JAZZ
JEAN-CHRISTIAN MICHEL INTERVIEWS

VISIONNER / TÉLÉCHARGER LES CLIPS VIDEO

DÉCOUVREZ DISQUES CD & DVD DE JEAN-CHRISTIAN MICHEL
Disques, DVD et Concerts Clarinette et Orgue d'un type nouveau

PLAN DU SITE

JEAN CHRISTIAN MICHEL SITE OFFICIEL - CLARINETTECD PARTITIONS DVD CONCERTS MP3 To English site